Rhinoplastie secondaire

Résultats Rhinoplastie secondaire

La rhinoplastie secondaire ne peut être considérée comme la répétition plus ou moins difficile d’une rhinoplastie primaire. Il s’agit d’une “entité chirurgicale distincte”.



Les suites après une chirurgie du nez

Une hospitalisation de 24 heures est habituelle. Dans certaines circonstances et toujours en accord avec les anesthésistes, il est possible d’autoriser le retour à domicile le soir de l’intervention. Dans tous les cas, il est recommandé d’être accompagné lors du départ de la clinique.

Au bloc opératoire et en salle de réveil

En fin d’intervention, une attelle métallique, parfois un plâtre en résine, est positionnée sur le nez afin de le protéger, de maintenir en position les structures osseuses après ostéotomies mais aussi de réduire l’oedème postopératoire. Des mèches, placées dans le nez afin d’éviter un saignement, sont retirées dès le lendemain avant la sortie. Lorsqu’un geste a été réalisé sur la cloison nasale, des attelles en silastic, d’épaisseur millimétrique, sont fixées au septum pour une durée d’une semaine et sont retirées en même temps que l’attelle métallique. Des antalgiques sont prescrits dans la perfusion et peuvent être adaptés à la demande. Le passage en salle de réveil permet à l’anesthésiste de contrôler le parfait réveil du patient avant de le faire remonter dans sa chambre. 

Suites opératoires immédiates après une rhinoplastie

Durant l’hospitalisation, les antalgiques continuent d’être prescrits et adaptés à la demande du patient; la rhinoplastie reste cependant une chirurgie peu douloureuse. Une ordonnance de sortie, remise au patient, associe un traitement médical local (lavage des fosses nasales au sérum physiologique) et général (antalgiques si besoin et parfois antibiotiques). En cas de prise en charge par la sécurité sociale, un arrêt de travail d’une semaine sera délivré au patient lors de sa sortie.

 

Les suites opératoires varient d’un patient à l’autre. Outre les douleurs, soulagées le plus souvent par des antalgiques de classe I (paracétamol), les ecchymoses (bleus) dans la région du nez et des paupières sont habituelles, plus ou moins importantes, et vont persister plusieurs jours sans dépasser une semaine. En général, le nez est très “présentable” vers le 10ème-12ème jour. Un larmoiement lié à l’irritation des voies lacrymales est possible et sera passager.

 

L’œdème (gonflement) du nez, quant à lui, peut persister pendant plusieurs semaines à plusieurs mois, en particulier au niveau de la pointe du nez. Cet oedème peut varier d’un jour à l’autre et peut nécessiter lorsqu’il persiste plusieurs mois, l’utilisation d’anti-inflammatoires stéroïdiens en local. Cet oedème est d’autant plus persistant que la peau est épaisse ou qu’il s’agit d’une rhinoplastie secondaire. 

 

Un trouble de la sensibilité des dents de la mâchoire supérieure (bloc incisivo-canin) est possible, mais temporaire; tout comme des troubles de la sensibilité au niveau du nez sont fréquents et peuvent persister pendant quelques semaines à plusieurs mois.


J'ai une question


Pour un avis
Contactez-nous