Rhinoplastie secondaire

Résultats Rhinoplastie secondaire

La rhinoplastie secondaire ne peut être considérée comme la répétition plus ou moins difficile d’une rhinoplastie primaire. Il s’agit d’une “entité chirurgicale distincte”.



Pourquoi avoir recours à la Rhinoplastie

Avant tout, pour se sentir mieux, en adéquation avec son image. Au milieu du visage, le nez est un reflet de l'identité et ne doit pas être altéré sous peine à son tour d'altérer la perception qu'a le patient de lui même. Lors du projet chirurgical établi avec le patient au cours des différentes consultations, le rhinoplasticien doit écouter chacune des demandes et ne pas hésiter à argumenter certaines lorsqu'elles ne semblent pas en cohérence avec l'harmonie et l'équilibre du visage. 

 

D'où l'importance des simulations numériques car réduire une bosse sans la supprimer, la faire disparaître complètement ou encore creuser le nez sont trois simulations différentes de profil qui peuvent être satisfaisantes en terme d'harmonie mais pas du tout en terme de conservation d'identité. C'est en tenant compte de ces éléments que le chirurgien sera en mesure d'éviter les échecs psychologiques d'une rhinoplastie esthétiquement satisfaisante. 

Cyphose du dorsum nasal ou l’histoire d’une bosse

Corriger une bosse est la plus fréquente des demandes lors d’une chirurgie esthétique du nez. Il s’agit principalement d’une cyphose basse (partie inférieure des os propres du nez et partie supérieure du segment cartilagineux) avec une largeur normale de la racine du nez et un angle nasofrontal respecté. La résection chirurgicale de cette bosse concerne la voûte septo-triangulaire ainsi que la partie lamellaire des OPN. Le toit ouvert (“open roof” des anglo-saxons) est le plus souvent corrigé par des ostéotomies latérales de type “in-fracture”. 

 

La cyphose haute, moins fréquente, concerne le segment osseux dans sa totalité avec une racine large et respect de l’angle nasofrontal. La résection de cette bosse ostéocartilagineuse suppose une ablation des coins osseux dans les racines larges ainsi que des ostéotomies de type “out-fracture” et des ostéotomies paramédianes afin de refermer le “toit ouvert” permettant alors d’obtenir une rhinoplastie esthétique naturelle.

 

Lorsque l’angle nasofrontal  est comblé, se situant alors au dessus du niveau du pli palpébral supérieur, l’exérèse de la bosse est complétée par le creusement de l’angle en monobloc. A l’inverse, lorsque l’angle nasofrontal est trop marqué, un comblement par un greffon cartilagineux modelant permet d’obtenir un angle naturel et esthétique. Une alternative consiste à “remplir” cet angle creux par une injection d’acide hyaluronique.


Rhinoplastie primaire et cyphose du dorsum nasalRhinoplastie primaire et cyphose du dorsum nasal chez une femme

Divergence des dômes pour une chirurgie du nez

Analyser une pointe revient à étudier indépendamment chaque crus mesial et chaque crus lateral. La région du dôme est définie quant à elle comme la jonction entre la crus lateral et la crus mesial. Est alors individualisée une crus moyenne dont la longueur ainsi que les angles de divergence et de rotation déterminent la forme du lobule. “Idéalement”, ces angles de divergence et de rotation sont égaux et évalués à 50˚. 

 

Différents types de pointe peuvent alors être définis et cette analyse rigoureuse est indispensable à la réussite d’une rhinoplastie esthétique. La pointe ronde, due à un excès de hauteur des crus lateral est le reflet d’un cartilage alaire large en forme de cupule responsable d’un manque de définition de la pointe. La pointe carrée, due à une augmentation de divergence des deux crus moyennes est à l’origine d’un élargissement de la distance interdômale. La pointe hyperprojetée, est responsable d’un aspect de narines longues avec diminution du rapport lobulo-columellaire. La pointe hypoprojetée, est définie comme une pointe située au dessous de la ligne de profil sur le dorsum. Sur le plan visuel, cet aspect peut donner l’impression d’une bosse excessive alors qu’il n’en est rien. La pointe tombante quant à elle est due à une rotation céphalique vers le bas des cartilages alaires, à laquelle s’associe un excès du bord caudal du septum et parfois de l’épine nasale antérieure.

Date de la dernière consultation: le 30 octobre 2013 

Une modélisation 3D avant votre opération du nez.

J'ai une question


Pour un avis
Contactez-nous