Rhinoplastie secondaire

Résultats Rhinoplastie secondaire

La rhinoplastie secondaire ne peut être considérée comme la répétition plus ou moins difficile d’une rhinoplastie primaire. Il s’agit d’une “entité chirurgicale distincte”.



Rhinoplastie fonctionnelle vous aide à mieux respirer

Endoscopie des fosses nasales avant chirurgie du nez

L’interrogatoire précise les caractères de l’obstruction nasale, uni ou bilatérale, à bascule, majorée par la position allongée, au repos ou à l’effort...

Certains aspects morphologiques du nez orientent d’emblée vers un diagnostic comme un grand nez sous tension, fin et pincé, qui doit faire rechercher une pathologie de la valve nasale. Le praticien recherchera de la même façon une pathologie de la valve lorsque l’écartement latéral des téguments nasogéniens (approximativement au niveau des ailes du nez) améliorent l’inspiration. 

 

Les anomalies muqueuses sont certainement les causes les plus fréquentes d’obstruction nasale, et de fait ne répondent à aucun geste chirurgical. La recherche attentive de toute anomalie muqueuse pouvant expliquer une obstruction nasale doit toujours précéder une éventuelle chirurgie fonctionnelle du nez, afin de ne pas rendre inefficace, voire “contre productif” une septoplastie  et/ou une turbinectomie partielle inférieure.

 

L’utilisation d’un écarteur ou d’un speculum permet d’apprécier la morphologie du vestibule (surtout en cas de rhinoplastie secondaire), l’état de la cloison nasale, l’aspect du bord inférieur des cartilages triangulaires (cartilages latéraux supérieurs). L’examen est complété par une endoscopie des fosses nasales, des méats moyens et de toutes les structures susceptibles d’altérer la fonction respiratoire. 


Chirurgie des cornets inférieurs : ce qu'il faut en penser

J'ai une question


Pour un avis
Contactez-nous