Rhinoplastie secondaire

Résultats Rhinoplastie secondaire

La rhinoplastie secondaire ne peut être considérée comme la répétition plus ou moins difficile d’une rhinoplastie primaire. Il s’agit d’une “entité chirurgicale distincte”.



Ne pas négliger une fracture du nez

Que faire si votre nez est cassé ?

Les symptômes d’un nez cassé sont à peu près toujours les mêmes: une douleur parfois intense et un saignement de nez (épistaxis). Le gonflement (oedème), d’installation rapide rend souvent l’examen clinique difficile mais la déviation du nez reste visible. 

 

Ce que vous devez faire en cas de fracture du nez dépend de la situation dans laquelle vous vous trouvez. Au mieux, il faut se rendre aux urgences de l’hôpital le plus proche où un médecin confirmera le diagnostic ...a priori évident...par des clichés radiologiques des os propres du nez. L’examen doit s’attacher à rechercher un hématome de la cloison nasale qui devra, lorsqu’il est retrouvé, être drainé en urgence sous peine de voir s’instaurer une infection de la cloison responsable par la suite d’une perforation septale.

 

Dans certaines conditions, une réduction orthopédique “aux doigts” est parfois réalisée sur le lieu du traumatisme (combat de boxe, match de rugby...) soit par le patient lui-même, soit par le médecin présent sur place. Réalisée au plus tard dans les dix jours après un nez cassé, une opération au bloc sous anesthésie générale n’est envisagée qu’après consultation auprès d’un ORL (otorhinolaryngologiste). Il s’agit avant tout de rétablir une bonne ventilation des fosses nasales et de rendre au nez son “apparence d’origine”. 

Nez cassé responsable d'un nez dévié avec obstruction nasaleNez cassé a l'origine d'un nez dévié avec obstruction nasale

De la fracture de Chevalet à la fracture de Jarjavay

La première cause de fracture du nez, quels que soient l’âge et le sexe, reste les accidents de la voie publique. Du fait de l’amélioration des mesures de sécurité routière, la fréquence des fractures du nez après accident diminue au profit des traumatismes par agression et accidents du sport. Les conséquences d’un traumatisme du nez sont variables en fonction de l’intensité, du point d’impact, de la direction du choc mais également en fonction de l’âge du patient.

 

En cas de traumatisme latéral des os propres du nez, la fracture peut être unilatérale par enfoncement d’un seul os propre du nez avec pour conséquence une déviation d’un seul côté ou alors bilatérale au niveau de l’auvent nasal, responsable d’une luxation du nez vers le côté opposé au choc. Le nez cassé prend un aspect en S. 

 

Du fait de l’anatomie du nez, les fractures secondaires à un traumatisme antéro-postérieur sont plus rares et peuvent être isolées ou associées à des fractures orbitaires. On distingue la fracture isolée des os propres avec écrasement modéré de la cloison nasale, la fracture isolée de la cloison nasale (ou fracture de Chevalet) souvent liée à un choc de la pointe du nez. Plus graves sont les fractures suivantes: la fracture comminutive (pyramide nasale et septum) en cas de traumatisme violent ou chez le sujet âgé et la fracture complexe avec disjonction orbito-nasale nécessitant une prise en charge hospitalière à la recherche de complications ophtalmiques et cérébrales.

 

Il existe une entité particulière rencontrée chez les boxeurs et les pratiquants de sport de combat. La fracture de Jarjavay survient lors d’un traumatisme inféro-supérieur du nez et correspond à  une fracture horizontale de la cloison nasale avec luxation du septum dans la fosse nasale responsable d’une obstruction nasale unilatérale.

Incidence de Gosserez en cas de traumatisme du nez

Les fractures sans déplacement passent souvent inaperçues et ne nécessitent aucun traitement. Il faut se méfier, de ne pas prendre pour un trait de fracture, une suture osseuse et il faut tenir compte d’une déviation pré-existante de la cloison nasale. Les radiographies standards, incidence des os propres du nez de profil et incidence radiologique du crâne de Gosserez, ont laissé place à la tomodensitométrie du massif facial  dans le bilan de ces traumatismes. Si les clichés radiologiques standards sont d’accès facile, le scanner permet de déterminer la présence, la position de la fracture et d’éventuelles irradiations du trait de fracture mais également apprécie l’importance et la direction du déplacement des fragments osseux. Pour des traumatismes importants, cet examen permet de rechercher une fracture du plancher de l’orbite, un hémosinus (saignement dans le sinus maxillaire), une fracture associée de la mandibule...

 

Au terme de l’examen clinique et du bilan radiologique, trois cas de figure sont envisagés. Dans le premier, il n’y a pas de fracture des os propres du nez visible sur le clichés radiologiques. Le traitement antalgique est le seul proposé. Le second cas est celui où il existe une fracture visible sur le bilan radiologique mais le nez ne présente aucune déformation et le patient ne signale aucun trouble fonctionnel. Au traitement antalgique s’associe une protection du nez (coque en résine) pour plusieurs semaines. Le troisième cas de figure est celui d’une fracture visible avec déplacement de la pyramide nasale et/ou troubles fonctionnels. Dans cette situation, une réduction orthopédique au bloc opératoire s’impose dans les 7 à 10 jours avec rétablissement de la perméabilité des fosses nasales si besoin.

 

Date de la dernière modification: le 25 février 2014

J'ai une question


Pour un avis
Contactez-nous