Rhinoplastie secondaire

Résultats Rhinoplastie secondaire

La rhinoplastie secondaire ne peut être considérée comme la répétition plus ou moins difficile d’une rhinoplastie primaire. Il s’agit d’une “entité chirurgicale distincte”.



Respirer après une chirurgie secondaire du nez

La cloison nasale dans un état second...

Au niveau de la cloison nasale, le chirurgien doit s’attacher à corriger des déformations septales résiduelles, responsables d’une déviation de la pointe du nez, de la columelle par luxation du bord caudal du septum. Ces mêmes déformations sont souvent à l’origine d’une obstruction nasale persistante ou parfois secondaire à la rhinoplastie primaire. Lors d’une résection excessive du bord caudal du septum, les conséquences sont à la fois esthétique (défaut de projection et de rotation de la pointe) et fonctionnelle (obstruction nasale). La mise en place d’un greffon cartilagineux de soutien est d’autant plus complexe que la résection antérieure a été importante. L’utilisation de certains matériaux résorbables, comme le Polydioxanone (Plaque PDS™, Ethicon), apporte un renforcement structurel, augmente la résistance aux forces de rétraction cicatricielle à long terme et permet de maintenir un greffon cartilagineux dont la stabilité aurait été plus qu’incertaine sans ce procédé. 

 

Une autre difficulté est la correction des perforations de la cloison nasale par résection excessive du septum avec déchirure délabrante de la muqueuse nasale de part et d’autre de la résection cartilagineuse. Cette perforation, à l’origine d’une obstruction paradoxale, entraîne souvent une rhinite croûteuse et sanguinolente, et parfois des bruits respiratoires (sifflements) inconfortables. Les techniques proposées dans la littérature sont multiples et souvent complexes sans pour autant garantir un résultat à long terme et le meilleur traitement reste la prévention en respectant un décollement sous périchondral strict, ce qui n’est pas toujours évident lors de déviations complexes.

 

Lors d’une rhinoplastie secondaire, il n’est pas rare d’observer l’existence de synéchies dont la localisation conditionne en partie la symptomatologie. Parfois asymptomatiques, elles deviennent gênantes sur le plan respiratoire lorsqu’elles sont situées entre le septum et les cornets inférieurs. Le traitement de ces synéchies impose une résection souvent facilitée sous contrôle endoscopique à l’aide d’une pointe coagulante monopolaire, complétée par la mise en place de lames de silastic pendant plusieurs semaines. Le meilleur traitement reste la prévention par des gestes opératoires prudents, non délabrants sur la muqueuse septale ou turbinale, associés à un méchage complété par des soins locaux postopératoires aussi fréquents que besoin.

Nez Corbin ou l'indication d'une chirurgie secondaire

Intéressant aussi bien la pointe que le dorsum, les “becs de corbin et équivalents” sont un motif fréquent de rhinoplastie secondaire. Les mécanismes sont multiples et nécessitent donc une analyse rigoureuse avant toute résection intempestive. Si la déformation est en rapport avec une résection excessive d’une cyphose ostéo-cartilagineuse (pseudo corbin), la correction est réalisée par la mise en place d’un greffon d’apposition. Lorsqu’il s’agit d’un défaut de résection du bord antérieur du cartilage septal, la correction est réalisée par une résection millimétrique prudente aux ciseaux. Lorsqu’il existe une chute de la pointe, seul le soutien de cette dernière par des greffons doit permettre de corriger ce pseudo corbin. Le véritable bec de corbin correspond à une cyphose résiduelle d’origine fibreuse de la supratip par accumulation de collagène, secondaire à une résection excessive du bord supérieur du cartilage quadrangulaire. L’ablation du tissu fibreux est complexe et risque d’aggraver à court terme la déformation. Aussi, la résection fibreuse doit être associée systématiquement à une stabilisation des structures cartilagineuses par des greffes d’apposition. 

Date de la dernière modification: 23 décembre 2013

J'ai une question


Pour un avis
Contactez-nous